Accueil > Les DT > Direction Territoriale de la Seine > DT BS : Courrier UF CGT à la Présidente de région Bourgogne - Franche (...)

DT BS : Courrier UF CGT à la Présidente de région Bourgogne - Franche Comté

vendredi 22 janvier 2016

Objet : Demande d’audience

Madame la Présidente,

L’Union Fédérale CGT de la Direction Territoriale du bassin de la Seine souhaite vous alerter sur les choix politiques pris dans le cadre du projet stratégique 2015 - 2020 de l’établissement public administratif (EPA) Voies Navigables de France (VNF).

Votre circonscription est traversée par la Seine qui peut s’avérer être un atout pour redynamiser, notamment, l’activité et l’emploi sur vos territoires au travers de projets de transports multimodaux.

Dans un cadre budgétaire toujours plus contraignant, les territoires, dont le votre, seraient impactés socialement et économiquement par ces choix politiques.

Le projet stratégique 2015 - 2020, l’EPA VNF s’oriente sur une réduction forte des moyens, humains et financiers, conduisant à revoir le niveau de service rendu aux usagers de la voie d’eau. Cette dégradation de missions de service public, si elle se confirmait, serait vectrice d’un signal négatif pour les modes de transports alternatifs au routier.

Dans cette logique, le projet de téléconduite de la petite Seine a pour objectif de diminuer fortement la masse salariale sur ce linéaire.

Le montant astronomique engagé dans ce projet s’annonce pour votre région comme un renoncement de relancer la voie d’eau et son activité économique environnante. Il s’ensuivra une dégradation des conditions de navigation et du niveau de service rendu aux usagers.
Egalement, les moyens étant limités, les opérations d’entretien et de modernisation ne seront pas faites comme nous en sommes en droit de l’exiger.

Ce projet conduit par la Direction Territoriale du Bassin de la Seine ne correspond pas à des attentes ou des besoins exigés par les usagers. La gestion de la ligne d’eau du canal de Beaulieu sera difficile et engendrera de nombreux arrêts de navigation pour les convois volumineux (enfoncement/ tirant d’air sous ponts). Il dégradera considérablement la sécurité sur la partie fleuve et créera à coup sur, une désorganisation et un ralentissement des passages d’écluse.

Ainsi, l’allongement des horaires de navigation ne fera que compenser les ralentissements de trafic sur ce secteur.

Pourtant, des travaux primordiaux sont à faire tel que le redimensionnement de l’écluse de Jaulnes pour assurer le passage de grosses unités vers Nogent. Cette écluse avec son format hors norme (126x10,5 mètres) implantée au milieu d’ouvrages « grand gabarit » (185x12 mètres), reste « le » point noir à la circulation. Ce redimensionnement s’inscrit, du reste, dans la continuité du futur tronçon grand Gabarit Bray/Nogent.

Le projet tel qu’il est présenté aujourd’hui ne réglera pas les restrictions d’enfoncement en fleuve et l’envasement en Canal de Beaulieu et ne règlera pas le manque d’infrastructures et d’éclairages, le positionnement des quais de chargements situés de façon dangereuse à l’amont des ouvrages sur des zones de forts courants traversiers...et ne favorisera en aucune manière une expansion du trafic, bien au contraire.

Nous notons que ce projet fait abstraction de l’exploitation du « Canal de dérivation de Bernières à Conflans » et de la gestion hydraulique de l’ancien « Canal de la Haute Seine » (Marcilly sur Seine). C’est, à notre sens, une lourde erreur puisque ces derniers ont un impact direct sur la gestion hydraulique et représente environ 1/3 du linéaire.

En plus de représenter un recul social important pour les personnels, ce projet annonce la désertification de ce linéaire. La possibilité d’offrir une alternative en favorisant un mode de transport moins polluant se voit fortement compromise par ce projet.

Nous pensons que des solutions autres que celles proposées aujourd’hui sont possibles et sont économiquement viables. Ces nouvelles solutions que nous vous proposerions dans le cadre de notre future rencontre permettraient à la fois un développement économique sur votre région, un meilleur niveau de service public rendu à l’usager et une amélioration sociale pour les personnels que nous représentons.

Au vu des ces éléments, Madame la Présidente, l’Union Fédérale CGT de la Direction Territoriale du Bassin de la Seine souhaite vous rencontrer pour échanger et construire avec vous un projet de la Voie d’Eau responsable.

Avec mes respectueux hommages, je vous prie de recevoir, Madame la Présidente, l’expression de ma considération la plus distinguée.

Le secrétaire général
de l’UF CGT de la DT
du Bassin de la Seine