Accueil > Vie des personnels > Action et Protection sociale > Intervention de Christian MAHUT Président du CCAS au congrès de la FNASCE le (...)

Intervention de Christian MAHUT Président du CCAS au congrès de la FNASCE le 12 avril 2013

mercredi 17 avril 2013

Je vous apporte le salut fraternel du Comité Central d’Action Sociale (CCAS), et c’est un plaisir pour moi de participer à vos travaux.
Je tiens à remercier votre Présidente Joëlle GAU pour son invitation et sa participation active avec Bruna CHANEL-OLIVE au CCAS.

J’ai une pensée émue pour Michel MOUSSIERE qui nous a quitté en septembre 2012, peu après l’assemblée générale de Dourdan ou j’étais à ses côtés, il aura été un grand humaniste au sein de votre mouvement associatif et de l’action sociale ministérielle, en siégeant de
nombreuses années au CCAS.

Je veux également exprimer un grand merci aux président(e)s et acteurs locaux des ASCE qui œuvrent au sein des comités locaux d’action sociale pour réaliser de nombreuses actions collectives et arbres de noël en faveur des agents actifs et retraités, et de leurs enfants.

Mes propos de 2012 à votre assemblée générale de Doudan étaient emprunts d’optimisme, d’aspiration à un véritable changement, de revalorisation de nos missions de service public et de la dimension humaine au sein de nos services, avec une prise en compte des besoins sociaux.

Force est de constater qu’un an plus tard, la déception est grande, tant la situation des personnels et des services a continué à se dégrader !

La modernisation de l’action publique( MAP), a pris la suite de la révision générale des politiques publiques ( RGPP), mais n’a pas amélioré notre destin, bien au contraire !

Nos emplois sont sacrifiés sur l’autel de la réduction des dépenses publiques dans nos ministères dit « non prioritaires », avec des transferts massifs dans des établissements publics comme VNF et CEREMA, des privatisations de routes nationales, l’abandon de missions telles, l’instruction des permis de construire et l’aide technique aux communes, les mutualisations et transferts vers d’autres ministères.

Alors dans un tel contexte, il ne faut pas s’étonner que les travailleurs de nuit vivent au jour le jour, que les dessinateurs fassent grise mine,
que les techniciens et secrétaires administratifs pourtant devenus durables par l’allongement de leur carrière se retrouvent jetables par l’abandon de leurs missions, que les ingénieurs privés d’ingénierie en soient réduits à gérer la pénurie, et que les météorologistes soient
carrément en dépression !

Mais qu’advient l’action sociale avec cette crise morale, me direz-vous ?
Et bien, elle aussi n’échappe pas à la rigueur puisque son budget a été amputé de 4,2 % en 2013 pour nos ministères et qu’il l’a été de plus de 10% au niveau interministériel pour la fonction publique de l’État avec une baisse de 15 millions d’euros à laquelle s’ajoutent une
réserve de précaution de 6% et une annonce récente de « surgel » de 3 millions d’euros.

L’ hiver aura vraiment été rigoureux avec cette rigueur à répétition !

Lire la suite de la déclaration en téléchargement.