Accueil > Les DT > Direction Territoriale Sud Ouest > DT toulouse : décalaration CGT

DT toulouse : décalaration CGT

jeudi 21 février 2013

Choisir entre le social et la spéculation immobilière, tel est le dilemme de la direction Territoriale du Sud Ouest.de l’E.P.A V.N.F.

Je vous rassure de suite, comme dans le reste de l’actualité, (Pétroplus, Sanofi, Peugeot, Fralib, Good year, etc…) le social n’a pas encore gagné.

C’est le fric, toujours le fric qui essaye de l’emporter.

Je vous explique un peu la situation. Prenez un quartier de Toulouse pas loin du canal du midi, menacé quand même par les crues de l’impétueuse Garonne, mettez y des logements sommaires, sous bassement en parpaing et mur de l’étage en fibro ciment (frais l’hiver et chaud l’été oui, oui). Ces logements transmis de générations en générations depuis 1946, par les agents du canal et aménagés et/ou réaménagés souvent à leurs frais et vous obtenez ‘’les Amidonniers’’, espace de vie de 36 logements appartement au Service Navigation de Toulouse et depuis le 1° janvier à l’E.P.A V.N.F. Les agents locataires, titulaires d’une A.O.T ou C.O.T payaient un loyer à l’état ou à V.N.F.Le montant du loyer, quoique inférieur au prix du marché, avait été estimé par les services des domaines. (Loi de 1948)

Mais la vision idyllique s’arrête la…..

Le fric, toujours le fric est passé par la. Des manants, des nantis, des privilégiés, des trop payés de fonctionnaires qui vivent dans Toulouse pour un loyer modeste. Cela ne pouvait pas durer !!

Après plusieurs tentatives de la part des directions successives, combattu par les locataires et les organisations syndicales et notamment la C.G.T, le projet de spéculation immobilière refait surface.

Comment se débarrasser de ces gêneurs, de ces empêcheurs de tourner en rond, la solution est simple. Par un savant calcul que personne ne peut remettre en cause car c’est décidé par le siège de Béthune il suffit de multiplier le prix des loyers par deux, trois voire quatre.

Et forcement ces locataires vont partir, et il faut qu’ils partent car en 2015 le quartier sera en partie raser pour laisser place à un ‘’Projet de Rénovation Urbaine’’.

Comment favoriser le coté spéculation immobilière au détriment du
social des agents
 Pratiquer des prix de loyer exorbitants. (jusqu’à 350% d’augmentation).
 Précariser les agents avec des loyers exorbitants pour des petits fonctionnaires
 Expulser les agents par des loyers exorbitants alors que la ministre du logements engage une politique publique pour le logement social et envisage de réquisitionner les logements vides en France
 Exposer les agents aux risques pshyco-sociaux en les précarisant.
 Expulser les agents qui avaient instauré une vie de quartier populaire « canal », à l’instar des cités minières du Nord de la France.
Comment favoriser le coté spéculation immobilière au détriment de
l’exploitation de la voie d’eau.
 Combler le barrage des filtres, qui retenaient les sédiments de l’eau prélevés en Garonne.
 Ces sédiments vont donc se déposer dans le lit du canal de Garonne, gêner la navigation, favoriser l’apparition d’algues ou de flore qui auront un impact négatif pour le canal.
 Lorsque le canal sera envasé, il faudra que les collectivités sortent le porte monnaie pour draguer le canal, pendant que V.N.F (ou ses nébuleuses filiales) encaisseront tout ou partie des loyers ou autres contributions.

Bon prince, V.N.F, réserverait quelques logements sociaux, conformément à la réglementation, dont pourraient peut être bénéficier certains agents.

Comment ces maisons qui sont situées sur un site classé au patrimoine mondial de l’U.N.E.S.C.O, peuvent faire l’objet d’autant de spéculations immobilières sans aucune considération pour ce patrimoine vivant ?

Comment pouvez vous autoriser des collègues de travail, devenus du jour au lendemain des experts immobiliers, à entrer dans l’intimité des foyers au prétexte d’une transparence dans la méthode de travail ?

Comment se donner bonne conscience, après avoir précarisés ces agents avec des loyers exorbitants, en leur octroyant, pour certains, des aides matérielles ?

Comment ne pas s’inquiéter pour les logements en N.A.S nécessaires au bon fonctionnement du service ?

Cette action spéculative concernant des agents au S.M.I.C ou à peine plus, augure mal les prochaines
échéances sociales.

La seule issue, se mettre en ordre de combat, pour que le changement, ce soit véritablement pour maintenant………….